La Désobéissance aux Gouverneurs

La désobéissance aux gouverneurs et l’abandon de la communauté musulmane sont contraires à la charia

Parmi les preuves explicites qui montrent le tort et la corruption de l’idéologie extrémiste, on peut citer leur incitation à la rébellion contre les gouverneurs et leur atteinte à l’unité de la communauté. Or, de très nombreux textes et preuves très clairs prohibent ces deux péchés graves. En effet, Allah, le Très Haut, dit :

« Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation. » [Les femmes, an-Nissa, verset 59].

Selon al-Qortobi et Ibn Kathir, qu’Allah leur fasse miséricorde, l’expression « ceux qui détiennent le commandement » renvoie ici aux savants et aux gouverneurs. Abou Hourayra, qu’Allah l’agrée, rapporte que Le prophète (sallallahou 'alayhi wa sallam) a averti ceux qui se révoltent contre le gouverneur et a recommandé de l’écouter et de lui obéir : « Quiconque désobéit à ceux qui détiennent le commandement et se désolidarise de la communauté des musulmans, puis meurt, il mourra mécréant comme au temps de l’ignorance (la Djahiliya ou la période préislamique).

Quiconque combat sous une bannière autre que celle de l’Islam (motivé par le fanatisme, la sympathie ou le sectarisme) puis meurt, il mourra, lui aussi, comme au temps de l’ignorance, et quiconque se rebelle contre ma communauté, et tue sans égard les bons serviteurs comme les mauvais, et sans considération aucune pour les croyants, et pour ceux avec lesquels un pacte de sécurité a été conclu, celui-là n’est pas des miens, et je ne suis pas des siens ».

Incitant à l’obéissance au gouverneur, Le prophète (sallallahou 'alayhi wa sallam) dit : « Le musulman se doit d’écouter et d’obéir - que cela lui plaise ou non - tant qu’on ne lui ordonne pas de désobéir à Dieu. Si on lui demande une chose pareille, alors point d’écoute et point d’obéissance ! ». Ibn Abd Allah Ben Ômar a rapporté que Le prophète (sallallahou 'alayhi wa sallam) a dit : « Attache-toi à l’obéissance et à l’écoute dans l’aisance comme dans l’adversité, que cela te plaise ou te déplaise, et même si c’est à ton propre détriment ».

Le prophète (sallallahou 'alayhi wa sallam) a dit : « Écoutez et obéissez, car ceux qui vous commandent seront interrogés sur ce qu’ils ont fait, comme vous serez vous-mêmes interrogés sur ce vous avez fait »(4). Dans ce hadith, on comprend qu’on est tenu à obéir au gouverneur tant qu’il n’ordonne pas aux gens de commettre des péchés ou qu’il ne les exhorte pas, non plus, à devenir mécréants.

Al-Lalkaï (c’est un imam et un jurisconsulte célèbre. Il a rédigé un livre sur la Sounna en 2 tomes et un livre sur les transmetteurs des hadiths) rapporte que l’imam Ahmed a dit : « Quiconque se révolte contre le gouverneur des musulmans alors que les gens l’ont accepté et reconnu comme calife (de quelque manière que ce soit, par consentement ou par force), alors celui-là s’est révolté contre tous les musulmans et a désobéi au Messager d’Allah, paix et bénédiction d’Allah sur lui. De même, il n’est pas permis de se révolter et de livrer combat au gouverneur ; or, celui qui fait cela n’est qu’un hérétique éloigné de la Sounna et du droit chemin ».

L’imam at-Tahawi a dit : « Et nous croyons qu’il ne faut pas se révolter contre les gouverneurs ni contre ceux qui détiennent le commandement même s’ils étaient injustes. Nous ne les maudissons ni nous ne désobéissons à eux : nous voyons que leur obéir fait partie de l’obéissance envers Allah, Puissant et tant qu’ils n’appellent pas à commettre un péché et nous invoquons Allah afin qu’Il les guide vers le droit chemin et leur donne bonne santé ».

Concernant la gouvernance légale et son statut élevé, Ibn Taymiyyah dit : « Il faut savoir que la gouvernance des hommes est l’un des devoirs religieux les plus importants, sans lequel ni la religion ni la vie ici-bas n’auraient de sens ». Cheikh al-Islam a dit : « On n’a pas connu une frange qui s’est révoltée contre un gouverneur sans que sa révolte n’ait provoqué une corruption encore plus grave que celle qu’elle a fait disparaître ». Il a dit aussi : « Le gens de la science et de la religion n’autorisent à personne de transgresser les ordres d’Allah au sujet de la désobéissance aux gouverneurs, leur tromperie et la révolte contre eux ».

L’imam al-Barbahari (cheikh des hanbalites en son temps, mort en 329 de l'hégire) a dit : « Si vous entendez un homme maudire un gouverneur, sachez que c’est un homme qui a succombé à ses passions ; par contre, si vous entendez un homme qui invoque Allah pour le bien d’un gouverneur, sachez qu’il s’agit d’un homme qui suit la Sounna ».

Voilà donc une kyrielle d’arguments massue et de preuves incontestables qui corroborent l’idée qu’il ne faut jamais se rebeller contre ceux qui détiennent le commandement parmi les musulmans. Quant aux faux prétextes adoptés par les sectes égarées, leur incohérence transparaît dès qu’on les passe au crible du Coran et de la Sounna ou dès qu’on les analyse à la lumière de ce qu’ont dit les pieux prédécesseurs.



Dossier sur le terrorisme :

jeu. 20 Mouharram
الخميس 20 محرّم



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2019