L’ignorance des enseignements du Coran et de la Sounna

L’ignorance des préceptes du Coran et de la Sounna et la négligence des nobles finalités de la Charia

L’ignorance des préceptes du Coran, de la Sounna, des nobles finalités de la Charia, des règles et des fondements de l’excommunication et de ce que les prédécesseurs (le salaf) ont en dit représente la cause principale de l’enlisement dans les ténèbres de l’excommunication et du terrorisme.

Cette ignorance peut être totale chez les uns ou partielle chez d’autres qui, malgré leur manque de formation, osent interpréter les textes religieux. S’ils étaient réellement compétents en matière d’exégèse, ils n’oseraient pas commettre les crimes et les meurtres les plus atroces. Et ce qui est arrivé aux Musulmans – après la fin du règne des pieux compagnons du Prophète – n’est que le résultat de leur négligence de quelques ou de plusieurs pans de la Charia et de l’oubli de ce qu’Allah leur a appris. Dieu dit au sujet des Chrétiens :

« Et de ceux qui disent : " Nous sommes chrétiens ”, Nous avons pris leur engagement. Mais ils ont oublié une partie de ce qui leur a été rappelé. Nous avons donc suscité entre eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Et Allah les informera de ce qu’ils faisaient. » [La table servie, Al Maïda, verset 14].

Ainsi, celui qui ignore les principes de l’exégèse coranique, qui ne distingue pas entre les hadiths authentiques et les hadiths faibles ou qui donne plus d’importance aux assertions politiques qu’à celles attestées par la Sounna, comment peut-on espérer que celui-là empruntera le droit sentier ?

Il en va de même pour celui qui ne fait pas la différence entre le discours explicite et le discours implicite, entre le discours prononcé et l’interprétation que le récepteur en fait, entre la locution et la réception (c’est-à-dire entre le « dit » et le message tel qu’il est compris par le destinataire), entre l’excommunication absolue (qui concerne des actes ou des propos) et l’excommunication particulière (qui consiste à criminaliser la personne qui commet un acte ou prononce un discours qui le fait sortir de l’Islam).

Celui qui n’est pas à même de distinguer entre ces concepts a-t-il le droit de trancher dans les affaires sociales ou de se prononcer sur les épreuves ou les calamités que confrontent les gens ? Absolument pas ! Car il est impossible pour quiconque a éveillé les discordes (fitnas), brandi son arme contre la communauté, adopté la violence comme slogan et l’effusion du sang comme unique solution, de saisir les nobles finalités de la Charia et l’ampleur de la responsabilité qu’elles impliquent.

Celui qui méconnaît cette vérité n’hésitera pas à répandre le sang qu’Allah a prohibé, à violer et profaner toutes les limites sacrées, à dénigrer la vie humaine, à se rebeller contre l’ordre établi, à semer la zizanie au sein de la communauté, à adopter l’excommunication comme méthodologie et la destruction comme idéologie, à ébranler la paix et la sécurité de la société et à porter atteinte à l’union et à la solidarité de ses membres. Ces aberrations contredisent l’humanité de la Charia.



Dossier sur le terrorisme :

jeu. 18 Ramadan
الخميس 18 رمضان



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2019