L’affaire Tariq Ramadan, un scandale et un piège pour les musulmans

Le philosophe suisse et professeur d'études islamiques contemporaines Tariq Ramadan est accusé de viol. Ce qui arrive à l'érudit islamique né en Suisse, est honteux et simplement ignominieux. Un silence pesant se fait sentir devant cette grotesque parodie de justice.
laffaire tariq ramadan un scandale et un piege pour les musulmans
Crédit d'image : S. Belloumi - VDNPQR
Publié le 15 août 2018, par Samir | 12 h 35 min

La manière dont l’affaire est traitée contre Tariq Ramadan semble être un assassinat politique. L’affaire Ramadan a été entachée d’irrégularités de procédure. Les mauvais traitements infligés par Ramadan par les tribunaux français et son lynchage public virtuel par les médias français ont été scandaleusement injustes.

De nombreux professeurs comme Alain Gabon et d’autres, ont déjà détaillé le dossier des persécutions et des abus commis par les autorités françaises dans cette affaire, et plus d’une centaine d’éminents universitaires ont signé une déclaration exigeant un traitement équitable à Tariq Ramadan.

En tant que musulmans, nous sommes indignés par le silence embarrassant de nombreuses organisations et dirigeants musulmans devant le lynchage indéniable d’un éminent savant au discours tranchant. Les mêmes organisations qui, à un moment donné, ont mordu la proéminence et la renommée de Ramadan, se sont disputé le droit d’avoir des conférenciers confirmés dans leurs conférences et colloques, l’ont maintenant abandonné, lui et sa famille.

Les moqueries de la présomption d’innocence sont profondément troublantes. Il existe des preuves substantielles que Ramadan n’est pas traité comme un suspect accusé de viol. On dirait un prisonnier politique persécuté par ses ennemis idéologiques jurés. Son avocat, qui a plus de 20 ans d’expérience dans le droit pénal, affirme qu’après avoir étudié toute une série d’affaires sur des auteurs présumés de viol en France, il ne fait aucun doute que le traitement réservé à Mr Ramadan est unique en son genre. Il n’est pas justifié par les accusations, les allégations ou les procédures d’enquête.

Compte rendu non exhaustif des irrégularités

1. Tariq Ramadan est en détention provisoire depuis le mois de février. Aucune date pour le procès n’a été fixée et il n’est même pas certain qu’il y aura un procès.

2. Mr Ramadan a été traité comme s’il était suspecté de terrorisme. Il a été placé en isolement ; son accès à la famille, aux avocats et à ses propres dossiers est strictement restreint ; il s’est vu refuser des privilèges de messagerie et des droits de confidentialité.

3. De manière choquante, Mr Ramadan a été détenu pendant des mois avant d’être autorisé à parler ou à présenter des éléments de preuve à décharge. Ce n’est que le 5 juin qu’il a finalement été autorisé à présenter des témoignages et des preuves à titre de réfutation. En termes juridiques, selon les termes de son internement, Ramadan a été placé dans des conditions défavorables, où sa capacité à se défendre contre les accusations est sévèrement limitée.

4. Le problème des restrictions imposées n’est pas seulement psychologique. Elles limitent la capacité du défendeur à mener des recherches, à délibérer avec un avocat et à lancer une défense énergique contre les accusations portées. Comment organiser une défense solide contre des accusations graves lorsqu’on est emprisonné en cellule d’isolement ? Pour en savoir plus sur l’ensemble des conditions de détention en isolement, consultez le site du Ministère de la Justice.

5. Tariq Ramadan souffre de sclérose en plaques et il n’est pas exagéré de dire que les conditions de son internement sont tortueuses. Ils ont entraîné une grave détérioration de sa santé et peuvent même entraîner sa mort. Son avocat affirmait que lors d’un malaise, Tariq Ramadan est resté 2 heures au sol avant d’avoir finalement été relevé. Malgré des documents médicaux accablants, le tribunal français a refusé de le placer dans un hôpital et de lui fournir un traitement médical adéquat.

6. La manière dont cette affaire a été jugée par le tribunal de l’opinion publique est troublante. Les accusateurs sont largement apparus à travers les médias français en racontant leurs histoires encore et encore, alors que Ramadan, détenu, est incapable de répondre. Le tribunal français aurait pu émettre une ordonnance de non-publication, interdisant aux accusateurs de figurer dans les médias et permettant que cette affaire soit jugée hors de la vue du public. Il est fondamentalement injuste que l’une des parties parvienne à monopoliser l’attention des médias, tandis que l’autre ne peut répondre qu’à huis clos lors d’une audience.

Tariq Ramadan n’a pas à prouver son innocence

La présomption d’innocence signifie que nous devons présumer qu’une personne est innocente jusqu’à preuve du contraire. Cela signifie que l’accusé n’a pas à prouver son innocence. Les accusateurs, quels qu’ils soient, ont le fardeau de prouver leur culpabilité. Mr Ramadan, comme tout autre accusé dans le monde, doit être présumé innocent. En d’autres termes, il n’est pas un violeur jusqu’à preuve du contraire.

C’est ainsi qu’une règle essentielle en islam est balayée d’un revers de la main par beaucoup de musulmans, même parmi des soit-disant défenseurs de la sounna. Un musulman qui décrédibilise son frère ou sa sœur est loin d’être un bon musulman, quels que soient ses actes d’adoration. C’est un péché qui pèse très lourd dans la balance des mauvaises actions. Les textes du Coran et les hadiths le prouvent irréfutablement.

Il faut toujours trouver des excuses à son frère, et si on n’en trouve pas, cela ne veut pas dire qu’il n’a pas d’excuse. Evidemment, ce n’est pas ainsi que Mr Ramadan est traité. Son cas est traité comme s’il s’agissait d’une affaire liée au terrorisme, où les droits du suspect à une procédure régulière ont été sévèrement restreints en raison de prétendus intérêts de sécurité nationale.

Ramadan est accusé d’ agression sexuelle présumée et non de terrorisme. Le tribunal n’a fourni aucune justification convaincante à toutes les restrictions qui lui sont imposées en prison ou pour avoir refusé de le traiter comme d’autres accusés faisant face à des accusations similaires, qui sont libérés sous surveillance jusqu’à la date de leur procès.

Récemment, le gouvernement français a arrêté un groupe nationaliste extremistes soupçonné de vouloir attaquer et assassiner des musulmans en France. Certains des membres ont été immédiatement libérés sous surveillance et aucun des accusés de n’a subi quelque chose similaire à ce qui a été infligé à Mr Ramadan. Il reste détenu à l’isolement et continue d’être traité comme un suspect de terrorisme serait traité en France. Tariq Ramadan n’est pas traité comme un accusé dans la même situation et confronté aux mêmes accusations.

Chaque jour qui passe, l’affaire Tariq Ramadan ressemble de plus en plus à un assassinat politique. C’est malheureusement symptomatique de la déresponsabilisation et de la douceur politique des musulmans de toute l’ Europe. Ne peut-on pas être musulman et faire de la politique sans faire de l’islam politique ?

sam. 12 Mouharram
السبت 12 محرّم



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2018