Silvia Romano, cette travailleuse humanitaire kidnappée convertie à l’islam qui a secoué l’Italie

Silvia Romano, une travailleuse humanitaire italienne qui a été enlevée par des hommes armés au Kenya il y a 18 mois, avait fait des vagues à l'aéroport militaire de Ciampino à Rome, en Italie.
romano cette travailleuse humanitaire kidnappee convertie a lislam qui a secoue litalie
Crédit d'image : Ansa, La Presse
Publié le 15 juin 2020, par Samir | 17 h 24 min
Temps de lecture : 5 minutes

En novembre 2018, la travailleuse humanitaire italienne Silvia Romano a été enlevée par des hommes armés liés au groupe armé somalien ash-Shabab dans le nord-est du Kenya. Au moment de l’attaque, qui a fait plusieurs blessés, Romano était volontaire pour une ONG italienne dans un orphelinat du village de Chakama. La nouvelle de l’enlèvement de Romano a provoqué non seulement de la tristesse et de l’inquiétude, mais aussi une controverse dans son pays d’origine. Des politiciens de droite et des personnalités publiques, ainsi que certains membres du public, ont accusé la travailleuse humanitaire de « chercher des ennuis » en se rendant au Kenya et ont affirmé qu’elle aurait dû « rester à Milan et aider les gens là-bas ».

Ils ont qualifié sa décision de se rendre au Kenya en tant que travailleuse humanitaire bénévole d’une expression de « bravade » et ont affirmé qu’elle recherchait l’attention. Ces accusations ont été contrées par des libéraux indignés qui ont parlé de « l’importance » de jeunes idéalistes comme Romano qui partent à l’étranger pour des missions d’aide volontaire et aident ceux qui en ont besoin dans d’autres pays.

Dans les semaines qui ont suivi, le cycle de l’actualité s’est poursuivi et les discussions sur Romano et le travail qu’elle faisait au Kenya ont lentement pris fin. Cependant, Romano s’est retrouvée attaquée de nouveau, cette fois non seulement pour être allée au Kenya et avoir « causé des ennuis », mais aussi pour avoir choisi volontairement de se convertir à l’islam pendant son calvaire.

L’effusion de l’islamophobie et de la haine

Le 9 mai dernier, lorsque le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé sur Twitter que Romano avait finalement été libéré, la plupart des Italiens étaient ravis. Peu de temps après, il a été révélé que la travailleuse humanitaire avait choisi de devenir musulmane pendant ses 18 mois de captivité et qu’elle avait changé son prénom pour « Aisha ». De quoi refroidir l’ambiance festive à son arrivée, d’autant que Romano a atterri à Rome portant un jilbab vert clair.

Ddes médias italiens se sont alors lancés dans une quête pour faire la lumière sur « le mystère entourant la conversion » : a-t-elle été convertie de force ? A-t-elle subi un lavage de cerveau ? A-t-elle été victime du syndrome de Stockholm ? « Nous avons libéré une femme musulmane », a déclaré le quotidien conservateur Libero Quotidiano, comme si seuls les citoyens chrétiens italiens, et non musulmans, méritaient d’être protégés par le gouvernement du pays qu’ils appellent chez eux.

« Islamique et heureuse. Silvia la ingrate », lit-on en première page d’un article d’Alessandro Sallusti, rédacteur en chef d’Il Giornale. Dans le même article, Sallusti a accusé Romano de porter « l’uniforme djihadiste de l’ennemi » et a affirmé que sa conversion était aussi absurde qu’un juif revenant d’un camp de concentration déguisé en nazi.

La couverture agressive et accusatrice des médias de droite de la libération et de la conversion de Romano à l’islam, couplée aux commentaires haineux et discriminatoires des politiciens de la Ligue, a montré à quel point l’islamophobie est devenue ancrée en Italie.

Mais Romano n’a pas seulement été pris pour cible par ces suspects habituels. Certaines féministes italiennes ont également attaqué la jeune travailleuse humanitaire pour s’être convertie à l’islam et porter des « vêtements islamiques ».

Une historienne féministe éminente, Nadia Riva, a qualifié Romano de « femme souriante dans un sac de recyclage vert ». Affirmant que le jilbab de Romano est un symbole de l’oppression masculine plutôt qu’une expression de son identité religieuse. Elle a expliqué ne pas croire qu’une femme choisirait de s’habiller de cette façon de son plein gré.

De nombreuses féministes italiennes sont venues à la défense de Romano et se sont éloignées des commentaires controversés de Riva. Cependant, le fait que certaines éminentes féministes italiennes aient jugé approprié d’attaquer une autre femme en raison de ce en quoi elle choisit de croire et de la façon dont elle choisit de s’habiller a démontré à quel point l’idée de supériorité morale est intégrée dans certaines parties du mouvement féministe italien et occidental.

Le mythe du « du sauveur blanc »

Les libéraux italiens et l’aile gauche ont ouvertement condamné la haine reçue par Romano pour sa conversion à l’islam et ont célébré son retour au pays. Cependant, leur réponse à la rhétorique haineuse de droite entourant la libération du travailleur humanitaire a été tout aussi problématique, bien que pour des raisons différentes.

Dans leur réponse à toute la saga Romano, les organisations de médias libéraux et les personnalités publiques italiennes ont essayé de mettre en évidence le côté humain de l’histoire et ont célébré son retour en toute sécurité sans aucune réserve. Mais dans leur célébration sans aucun doute bien intentionnée, ils ont promu des stéréotypes profondément enracinés et très préjudiciables à l’égard de l’Afrique. Ils ont non seulement dépeint le continent comme un endroit sauvage et abandonné, mais ils ont également laissé entendre que les africains avaient besoin de « sauveurs blancs ».

L’une des reproductions les plus évidentes du « mythe du sauveur blanc » est venue de l’auteur à succès et antifasciste vocal Roberto Saviano. Dans un article publié dans La Repubblica, il dépeint les africains comme des personnes vivant dans un endroit désolé qui ont besoin d’aide et de conseils de l’Occident. Ce récit est non seulement problématique et simpliste, mais aussi trompeur et paternaliste. Il présente une image décontextualisée de la région et ignore le rôle que les européens eux-mêmes ont joué et continuent de jouer dans la calamité actuelle dans la Corne de l’Afrique.

La couverture médiatique italienne a également ignoré les crimes passés de l’Italie en Afrique. Alors que les journaux et les chaînes de télévision discutaient du rôle joué par la Turquie dans la libération de Romano et affirmaient que le pays était désormais « le nouveau maître de la Corne de l’Afrique », leur nostalgie de l’époque où l’Italie avait le pouvoir sur ces parties de l’Afrique était manifeste. Bien entendu, dans ces documents de réflexion, il n’y avait aucune mention de la catastrophe que l’entreprise coloniale italienne avait provoquée dans la Corne de l’Afrique au siècle dernier.

En somme, nous devons contester les discours qui présentent des millions d’africains comme des sauvages qui doivent être sauvés par des occidentaux altruistes.

jeu. 18 Dhoul Qi'dah
الخميس 18 ذو القعدة

Articles récents
pelerinage 2020 a la mecque pas de hadj pour les musulmans cette annee
romano cette travailleuse humanitaire kidnappee convertie a lislam qui a secoue litalie
salat al aid a la maison en 6 questions quand prier comment les sounnas
aid al fitr 2020 annonce officielle de la fin du ramadan 1er chawwal 1441
le conseil detat ordonne la reouverture des mosquees sous 8 jours maximum
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2020