La femme musulmane hérite la moitié que l’homme, vrai ou faux ?

L'héritage donne lui à des situations complexes. La femme peut hériter plus que l'homme. Parfois, ils héritent à part égale. Mais dans la majorité des cas, l'homme hérite moins que la femme.
la femme musulmane herite la moitie que lhomme vrai ou faux
Crédit d'image : Le Monde Arabe
Publié le 15 avril 2020, par Samir | 1 h 21 min
Temps de lecture : 12 minutes

L’islam serait une religion injuste et inéquitable car la femme hérite de la moitié de la part d’un homme. Mais qu’en est-il vraiment sur cette affirmation. Avant de rentrer dans le vif sujet, rappelons que dans la Bible moderne, les femmes sont privées d’héritage. La fille n’hérite pas de son père sauf s’il n’a pas de fils. Dans le livre des Nombres 27/8 : « Si un homme meurt et n’a pas de fils, alors vous transmettrez l’héritage aux filles ».

La différence d’héritage en islam est fonction des conditions suivantes :

  1. Le degré de parenté avec le défunt
  2. La génération à laquelle appartient l’héritier
  3. La Responsabilité financière

En examinant les cas et les problèmes d’héritage suivants, on observe que :

  • Il n’y a que 4 cas où un homme hérite du double de la part d’une femme.
  • Il existe de nombreux cas où une femme hérite d’une part égale à celle d’un homme.
  • Il y a plus de 10 cas où une femme hérite de plus que celle d’un homme.
  • Il y a des cas où une femme hérite d’une part, mais l’homme n’hérite de rien.

En tout, l’islam décrit 34 situations d’héritage qui varient selon certains critères. Parmi eux, la relation entre le défunt et ses proches, les plus proches recevant plus d’héritage. La position de l’héritier entre aussi en compte. La nouvelle génération reçoit une part plus importante dans la plupart des cas. Enfin, les responsabilités financières de chaque héritier, et ceci est particulièrement important.

En l’islam, un homme a plus de responsabilités qu’une femme. Le mari paie la dot à sa femme, même si elle est riche. Il s’occupe financièrement de sa femme et de ses enfants, même si sa femme est riche. Aucun système n’a jamais établi de loi garantissant que les femmes soient prises en charge par les hommes dans toutes les situations.

Un homme doit entretenir sa mère, sa femme, ses filles et ses sœurs quand elles n’ont ni père ni mari. Dans une loi fondée par l’homme, les femmes doivent gagner leur vie. Lorsqu’une femme perd son père et son mari, elle doit s’occuper de ses enfants et c’est une lourde responsabilité qui brise le dos de nombreuses femmes. Elle ne pourra pas assumer la responsabilité maternelle à la satisfaction.

Les 11 cas où les femmes ont une part égale aux hommes

1. Si le défunt laisse un père, une mère et le fils d’un fils.

2. Si le défunt laisse un frère et une sœur utérins.

3. Si le défunt laisse des sœurs à part entière et des frères et sœurs utérins.

4. Si le défunt laisse une fille, un frère ou le résidu le plus proche (ta’assoub) au père (sans personne pour exclure personne de l’héritage).

5. Si le défunt laisse un père, une grand-mère maternelle et le fils d’un fils.

6. Si le défunt laisse un mari, une mère, 2 sœurs utérines et un frère à part entière. Deux sœurs utérines et frères à part entière partagent 1/3 à parts égales.

7. Un homme ou une femme a droit à l’ensemble de la succession dans les cas où il est l’héritier unique. Par exemple, le fils hérite de l’ensemble du domaine en tant que résidu, tandis que la fille hérite de la moitié en tant que partageur et le reste par la méthode du radd (retour). Dans un autre exemple, si la personne décédée ne laisse qu’un père, le père héritera de la succession en tant que résiduaire, et si la personne décédée ne laisse qu’une mère, alors elle hérite 1/3 en tant que partage et le reste lui revient par la méthode du radd.

8. Si la personne décédée laisse son mari et sa propre sœur, sa sœur hérite de la même chose que l’homme. Si la personne décédée laisse un mari et un frère à part entière, le mari a droit à la moitié, tandis que le reste revient à son frère comme résidu. Si elle laisse un mari et une sœur, alors le mari en a la moitié et la sœur reçoit également la moitié restante.

9. Si le défunt laisse une sœur utérine et un frère à part entière. S’il y a un mari, une mère, une sœur utérine et un frère à part entière, alors le mari a droit à la moitié, la mère a droit à 1/6, la sœur utérine a droit à 1/6 et le reste (1/6) est donné au frère à part entière comme résidu.

10. Les parents éloignés (dhawoul-arham). S’il n’y a pas de partages ou de résidus, alors les parents éloignés sont les héritiers. Dans ce cas, la succession est répartie également entre eux. Par exemple, si le défunt laisse la fille d’une fille, le fils d’une fille, un oncle maternel et une tante maternelle, tout le monde recevra une part égale.

11. Six personnes ne sont jamais totalement exclues de l’héritage : 3 hommes et 3 femmes. Les 3 hommes sont le mari, le fils et le père, et les 3 femmes sont la femme, la fille et la mère. En aucun cas elle ne peuvent être exclues de l’héritage.

Les 14 cas où les femmes héritent plus que les hommes

1. Si le défunt laisse un mari et une fille.

2. Si le défunt laisse un mari et 2 filles.

3. Si le défunt laisse une fille et des oncles maternels.

4. Si une femme décède en laissant 60 000 € et que les héritiers sont son mari, son père, sa mère et ses 2 filles, la part des 2 filles est de 32 000 €, chacune héritant de 16 000 €. Si le défunt laisse 2 fils au lieu de 2 filles, alors chaque fils hérite de 12 500 €, car les 2 filles héritent des 2/3 en tant que partageurs, tandis que les 2 fils héritent du reste en tant que résidus.

5. Si une femme décède alors que sa succession vaut 48 000 € et qu’elle laisse un mari, 2 sœurs à part entière et sa mère, les 2 sœurs héritent des 2/3 de la succession, soit 12 000 €. Si elle laisse 2 frères au lieu de 2 sœurs, chaque frère n’hérite que de 8 000 € parce qu’ils héritent du reste de la succession après que le mari et la mère ont reçu leur part.

6. De même, si elle laisse 2 sœurs paternelles, elles héritent de plus de 2 frères paternels.

7. Si une femme décède en laissant un mari, un père, une mère et une fille et que sa succession vaut 156 000 €, alors la fille hérite de la moitié de la succession (72 000 €), mais si elle laisse un fils au lieu d’une fille, alors il hériterait seulement de 65 000 € parce qu’elle hérite en tant que partageur alors qu’il hérite en tant que résiduaire. Les partageurs reçoivent d’abord leur part. Ce n’est qu’après le premier partage (fardan) que les résidus sont reversés.

8. Si une femme décède en laissant son mari, sa mère et sa propre sœur et que sa succession vaut 48 000 €, alors la sœur propre hérite de 18 000 €. Mais si elle laisse un frère à la place d’une sœur, il hérite de 8 000 € parce qu’il hérite uniquement en tant que résidu, tandis que la sœur hériterait en tant que partageur, comme le mari et la mère. Dans ce cas, la sœur propre hérite de plus du double de la part d’un frère propre.

9. Si un homme décède alors que sa succession vaut 48 000 € et qu’il laisse une femme, une mère, 2 sœurs utérines et 2 frères à part entière, les 2 sœurs utérines (qui sont les parents les plus éloignés du défunt) héritent de 16 000 €, soit 8 000 € chacune, tandis que les 2 frères à part entière héritent de 12 000 €, soit 6 000 € chacun.

10. Si une femme laisse un mari, une sœur utérine et 2 frères à part entière et que sa succession vaut 150 000 €, la sœur utérine hérite de 1/3 de la succession, soit 50 000 €, tandis que les 2 frères à part entière héritent de 25 000 €, c’est à dire 12 500 € chacun. Ainsi, la sœur utérine (qui est le parent le plus éloigné du défunt) reçoit une part qui est 4 fois celle de son propre frère.

11. Si le défunt laisse un père, une mère et un mari, selon Ibn ‘Abbas, le mari en hérite la moitié, la mère a droit à 1/3 et le 1/6 restant au père. Le père hérite ici de la moitié de la part de sa femme.

12. Si une femme laisse un mari, une mère, une sœur utérine et 2 frères à part entière et que sa succession vaut 60 000 €, la sœur utérine hérite de 10 000 € tandis que chaque frère hérite de 5 000 €. Cela signifie que la part de la sœur utérine est le double de celle de son propre frère, même si elle est un parent plus éloigné du défunt que lui.

13. Si un homme laisse une épouse, un père, une mère, une fille et la fille de son fils lorsque la succession vaut 600 000 €, alors la part de la fille de son fils est de 100 000 € alors que s’il avait laissé le fils d’un fils au lieu de celui d’un fils fille, la part du fils de son fils ne serait que de 28 125 €.

14. Si la personne décédée laisse une mère, une grand-mère maternelle et une grand-mère paternelle, la mère hérite 1/6 en tant que partageuse et le reste selon la méthode de retour (radd). Si le défunt laisse un père au lieu d’une mère; c’est-à-dire un père, une grand-mère maternelle et une grand-mère paternelle, la grand-mère maternelle héritera 1/6 et ne sera pas exclue. Le retour (ar-radd) est remis au père. En résumé, si c’est une mère qui hérite, elle aura l’ensemble de la succession tandis que si c’est un père assume son poste, il héritera 5/6 par la méthode du retour, ce qui signifie que dans ce cas, la femme elle hérite plus l’homme.

Les 5 cas où les femmes héritent et les hommes ne le font pas

1. Si une femme laisse son mari, son père, sa mère, sa fille et la fille de son fils, la fille du fils hérite 1/6. Cependant, si la femme laisse le fils d’un fils au lieu de la fille d’un fils, alors sa part sera nulle, car c’est un résidu qui hériterait du reste, mais il n’y a pas de reste.

2. Si une femme laisse un mari, une soeur propre et une sœur paternelle, la sœur paternelle hérite 1/6. Tandis que s’il y a plutôt un frère paternel, il n’héritera de rien. Le mari héritera de la moitié de sa succession et la sœur aînée héritera de l’autre moitié. Le reste (c’est-à-dire rien) reviendra au frère paternel.

3. Dans bien des cas, la grand-mère a une part de l’héritage, contrairement au grand-père. Un grand-père qui est lié au défunt du côté du père, comme le grand-père paternel ou l’arrière-grand-père paternel, celui qui est le plus proche du défunt, n’a pas de part en héritage alors que le grand-père maternel ou l’arrière-grand-père maternel n’ont pas non plus de part dans l’héritage. La grand-mère, qui a droit à l’héritage, est celle dont la relation avec le défunt n’inclut pas un grand-père, qui n’a pas droit à l’héritage, ou si elle est la grand-mère dont la relation avec le défunt n’inclut pas un père entre 2 mères. Ainsi, la mère du père de la mère n’a pas droit à l’héritage alors que la mère de la mère du père y a droit.

4. Si la personne décédée laisse un grand-père maternel et une grand-mère maternelle, alors la grand-mère maternelle hérite de l’ensemble du domaine et en prend 1/6 comme partageur, en plus du résidu par la méthode de retour (radd), tandis que le grand-père maternel n’hérite de rien.

5. Il en est de même lorsqu’un homme décède en laissant un arrière-grand-père maternel et une arrière-grand-mère maternelle. L’arrière-grand-mère maternelle hérite de l’ensemble du domaine, car elle hérite 1/6 en tant que partageur et le reste selon la méthode du radd, tandis que l’arrière-grand-père maternel n’hérite de rien.

Conclusion

Ainsi, il y a plus de 30 cas où une femme hérite de la même chose ou plus qu’un homme, ou où elle a une part et pas lui. En revanche, il n’y a que 4 cas où une femme hérite de la moitié de la part d’un homme. Ce sont les résultats de l’examen des cas et des questions du droit successoral. L’homme hérite plus que la femme dans 12% des cas seulement. Il demeure cependant responsable de l’entretien financier de sa femme et de ses enfants.

L’idée que la femme hérite moins que l’homme est donc fausse.

lun. 22 Dhoul Qi'dah
الاثنين 22 ذو القعدة

Articles récents
pelerinage 2020 a la mecque pas de hadj pour les musulmans cette annee
romano cette travailleuse humanitaire kidnappee convertie a lislam qui a secoue litalie
salat al aid a la maison en 6 questions quand prier comment les sounnas
aid al fitr 2020 annonce officielle de la fin du ramadan 1er chawwal 1441
le conseil detat ordonne la reouverture des mosquees sous 8 jours maximum
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2020