Trump annonce le retrait total des soldats américains en Syrie avant l’offensive d’Erdogan

La Maison Blanche a confirmé que les soldats ont commencé à rentrer chez eux après que Trump a déclaré que Daesh a été vaincu en Syrie. Est-ce vraiment la seule raison ?
trump annonce le retrait total des soldats americains en syrie avant loffensive derdogan
Crédit d'image : Agence Anadolu
Publié le 20 décembre 2018, par Samir | 1 h 26 min
Temps de lecture : 5 minutes

Sarah Sanders, attachée de presse à la Maison Blanche, a déclaré que « les victoires sur l’Etat islamique en Syrie ne signifient pas la fin de la coalition : « Nous avons commencé à rentrer chez nous avec les troupes américaines et passons à la phase suivante de cette campagne », a-t-elle ajouté, sans donner plus de précisions.

« Les États-Unis et nos alliés sont prêts à se réengager à tous les niveaux pour défendre les intérêts américains chaque fois que cela est nécessaire, et nous continuerons à œuvrer de concert pour priver le terrorisme, le financement, le soutien et les nombreux moyens d’infiltration de terroristes islamistes radicaux ».

Un retrait complet et rapide, s’il est confirmé, outrepasserait les hypothèses sur une présence militaire américaine à long terme en Syrie, ce que le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, avait préconisé pour empêcher Daesh de réapparaître.

Néanmoins, le président Donald Trump a déjà exprimé son vif désir de ramener des troupes de Syrie à la maison dès que possible. Il a tweeté : « Nous avons vaincu Daesh en Syrie, la seule raison pour laquelle j’étais là-bas pendant la présidence Trump ».

Faut-il y voir l’ombre d’Erdogan ?

Cette annonce intervient quelques jours après qu’Erdogan ait annoncé que les forces turques lanceraient une nouvelle opération transfrontalière contre les YPG à l’est de l’Euphrate, dans le nord de la Syrie. Dans le même temps, les États-Unis approuvent la vente de 3,5 milliards de dollars de missiles Patriot à la Turquie. Rien n’indique que les 2 annonces sont liées, bien que Trump ait clairement indiqué que la vente d’armes est une priorité absolue. Il n’y a pas de hasard en politique.

Le forfait Patriot offert à la Turquie comprend 80 missiles, 60 intercepteurs de missiles PAC-3 et du matériel connexe : « La vente proposée augmentera les capacités défensives de l’armée turque pour se protéger contre l’agression hostile et pour protéger les alliés de l’OTAN susceptibles de s’entraîner et d’opérer à l’intérieur des frontières de la Turquie », selon un communiqué.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis lundi de renvoyer les combattants kurdes du nord de la Syrie, si nécessaire. Il a déclaré avoir parlé par téléphone avec Trump et s’être mis d’accord sur une coopération en Syrie. Ce partenariat a outragé Ankara qui considère les YPG comme une extension d’un groupe armé du PKK en Turquie. Ce même PKK est classé comme une organisation terroriste par l’Union Européenne, le Canada, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Les États-Unis ont déployé environ 2 000 soldats en Syrie, dont beaucoup sont des forces d’opérations spéciales travaillant en étroite collaboration avec une alliance de groupes kurdes et arabes connue sous le nom de Forces Démocratiques Syriennes.

Les délibérations sur les troupes américaines interviennent alors qu’Ankara menace depuis quelques jours d’une nouvelle offensive dans le nord de la Syrie. Lundi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que son pays pourrait lancer la nouvelle opération militaire à tout moment, ajoutant que Trump avait donné une réponse positive aux projets de la Turquie lors d’un appel téléphonique entre les 2 dirigeants.

Que reste t-il du califat autoproclamé ?

Selon des estimations américaines, le groupe Etat Islamique a supervisé environ 100 000 kilomètres carrés de territoire, avec environ 8 millions de personnes étaient sous son contrôle. Daesh avait des revenus estimés à près d’un milliard de dollars par an.

Aujourd’hui, le groupe n’a plus de territoire en Irak et n’occupe qu’une infime partie de la Syrie. Hajin, dernier fief majeur du groupe en Syrie, est sur le point d’être repris. Il reste aussi une bande de territoire de plus en plus restreinte le long de la rive orientale de l’Euphrate. Le groupe contrôle également certains terrains désertiques sur des territoires contrôlés par le gouvernement de Damas et ses alliés.

Une grande partie de la campagne américaine en Syrie a été menée par des avions de combat en provenance du Qatar et d’autres régions du Moyen-Orient. Les américains disposent toujours d’environ 5 200 soldats en Irak.

Une aubaine pour les djihadistes ?

Des responsables américains ont averti que reprendre le territoire du groupe ne serait pas la même chose que le vaincre. « Même si la fin du califat physique approche clairement, la fin de l’Etat islamique sera une initiative beaucoup plus à long terme ». Le général Joseph Dunford, président du Corps des Marines des Etats-Unis, a averti plus tôt en décembre que les États-Unis n’avaient entraîné que 20% environ des forces syriennes nécessaires pour stabiliser les zones contrôlées par Daesh.

Le Département d’État américain craint depuis longtemps de quitter la Syrie avant de parvenir à un accord de paix mettant fin à la guerre civile brutale qui a tué des centaines de milliers de personnes et déplacé environ la moitié de la population syrienne d’avant-guerre, qui avoisinait les 22 millions d’habitants.

De plus, il faut s’attendre généralement à ce que Daesh retourne à la tactique de la guérilla urbaine. Un retrait des États-Unis pourrait ouvrir la porte à la critique de Trump si le groupe refait surface de manière trop visible. Le président américain avait critiqué son prédécesseur, Barack Obama, pour le retrait des forces américaines d’Irak qui avait précédé le démembrement des forces armées irakiennes.

La décision du retrait américain de Syrie intervient alors qu'Ankara menace depuis quelques jours d'une nouvelle offensive dans le nord du pays. Cliquez pour tweeter
dim. 21 Ramadan
الأحد 21 رمضان



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2019