Tariq Ramadan, fin de partie

Les révélations publiques de Tariq Ramadan sur sa vie privée ont choqué une grande partie des musulmans de France et du monde. L'association des Musulmans de France (ex UOIF), qui avait pour habitude de l'inviter lors de ses rassemblements annuels au Bourget, se dit trahie.
tariq ramadan fin partie
Crédit d'image : BFMTV/RMC
Publié le 11 septembre 2019, par Samir | 8 h 41 min
Temps de lecture : 2 minutes

Précision importante, cet article n’est pas une attaque contre la personne de Tariq Ramadan, qui a présenté ses excuses à la communauté musulmane au micro de l’antenne de BFMTV/RMC, invité par Jean-Jacques Bourdin. Ce n’est pas à nous de juger l’homme. On a suffisamment à faire avec notre propre personne.

Cela n’empêche que, quand on est présenté comme un modèle pour la jeunesse musulmane, on se doit d’être exemplaire. Le comportement privé d’une personnalité publique doit correspondre à son image. Non pas qu’on ne commet pas de péché, car on en commet tous. Mais la moindre des choses est de ne pas commettre des grands péchés. Ce qui très gênant également, c’est de dire publiquement qu’on a commis l’adultère comme si c’était une chose banale. Assumer ne change rien. Quand Allah vous couvre, ce n’est pas pour aller se découvrir publiquement sur un plateau télévisé.

Un prédicateur qui mène une double vie devient totalement inaudible. Quelque chose se brise, quand bien même ce qu’il dit est vrai. Cette histoire devrait aussi donner une piqûre de rappel à tous les imams et prédicateurs de France et du monde. Dans les relations hommes/femmes, il vaut mieux s’en tenir à ce qui est nécessaire, c’est à dire le domaine professionnel, les échanges commerciaux, les règles de politesse et de bienséance. Le reste ne mène à rien de bon pour un musulman.

En islam, soit on est marié, soit on ne l’est pas. Il n’y a pas d’histoire de relation consentie ou pas. Soit tu es marié, soit ton acte est de la fornication. Personne n’accepterait cela pour sa fille, sa femme, sa mère, sa soeur ou sa tante. Ne faisons pas aux femmes ce qu’on aimerait pas que d’autres leur fasse. Si les hommes appliquaient ce principe logique, la violence et les agressions envers les femmes seraient quasiment inexistante. C’est malheureusement loin d’être le cas.

Dans un communiqué, l’association des Musulmans de France, « tient à rappeler que les imams, les prédicateurs et les cadres religieux musulmans sont appelés à se sentir et à vivre sous le regard permanent de Dieu. C’est-à-dire avec une moralité cohérente avec ce qu’ils prêchent et à la hauteur de ce qu’attend d’eux leur public. »

Nous avions soutenu Tariq Ramadan dans ces affaires car nous n’aurons jamais imaginé qu’une telle chose soit possible. Ses détracteurs ont fini par gagner en obtenant ce qu’ils voulaient. Néanmoins, nous restons convaincus que les accusations de viol ne tiennent pas la route. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il bénéficie d’une liberté conditionnelle. S’il y avait des éléments tangibles, nul doute qu’il serait encore en prison aujourd’hui.

Ne faisons pas aux femmes ce qu'on aimerait pas que d'autres fassent aux nôtres. La roue tourne. Cliquez pour tweeter
jeu. 18 Safar
الخميس 18 صفر



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2019