La mort de Mohamed Morsi et le silence apeuré des dirigeants musulmans

Morsi était en prison depuis qu'il avait été renversé par l'armée en 2013, menée par son ministre et traitre Abdelfateh as-Sissi, à la suite de manifestations massives et organisées contre son pouvoir légitime.
la mort de mohamed morsi et le silence des dirigeants musulmans
Crédit d'image : afp.com - Khaled Desouki
Publié le 21 juin 2019, par Samir | 13 h 23 min
Temps de lecture : 7 minutes

Mohamed Morsi, qu’Allah lui fasse miséricorde, a quitté ce bas-monde. C’était le seul président égyptien élu démocratiquement à avoir mémorisé le Coran. Combien de dirigeants musulmans aujourd’hui sont capables de réciter ne serait-ce que quelques sourates du Coran ? Les réactions du monde à sa mort se font discrètes, sans doute par crainte de représailles de l’Arabie Saoudite. A l’exceptions de quelques pays courageux pour qui la vérité n’a pas de prix.

L’ONU a appelé à une enquête indépendante sur la mort de l’ancien président égyptien, décédé lundi dernier à l’âge de 67 ans, après s’être effondré devant un tribunal du Caire lundi, selon les médias officiels.

Sa mort a été pleurée par de nombreuses personnes à travers le monde, notamment en Turquie, où des mosquées ont tenu des prières de l’absent mardi, tandis que les dirigeants de la Malaisie et du Qatar ont rendu hommage. Cependant, la réaction a été largement atténuée dans de nombreuses capitales.

Le bureau des droits de l’homme des Nations Unies a appelé à une « enquête prompte, impartiale, approfondie et transparente » sur la mort de Morsi. « Des inquiétudes ont été exprimées au sujet des conditions de la détention de M. Morsi, notamment de l’accès à des soins médicaux adéquats, ainsi que d’un accès suffisant à ses avocats et à sa famille, au cours de ses 6 années de détention », a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme.

Voici un bref résumé des déclarations sur la mort de Morsi :

Le fils de Mohamed Morsi

Dans un post sur Facebook, le fils de Morsi, Ahmed, a confirmé la mort de son père.

« En face d’Allah, mon père et nous serons unis », écrit-il.

Les Nations Unies

Le porte-parole des Nations Unies, Stéphane Dujarric, a présenté ses condoléances aux parents et aux partisans de Morsi.

Amnesty International

Amnesty International a exhorté les autorités égyptiennes à enquêter sur la mort de Morsi.

« Nous appelons les autorités égyptiennes à mener une enquête impartiale, approfondie et transparente sur les circonstances de la mort de Morsi, y compris sur son isolement cellulaire et son isolement du monde extérieur », a déclaré le groupe de défense des droits basé à Londres.

Il a également appelé à une enquête sur les soins médicaux que Morsi recevait et à ce que toute personne jugée responsable de mauvais traitements soit tenue pour responsable.

Tunisie

Le parti politique tunisien Ennahda a déclaré avoir reçu cette nouvelle avec une grande tristesse et un grand choc. Il a également présenté ses condoléances à la famille de Morsi et au peuple égyptien. Le mouvement a exprimé l’espoir que « l’incident douloureux serait une raison pour mettre fin aux souffrances de milliers de prisonniers politiques en Égypte » et pour lancer le dialogue en vue d’une nouvelle vie politique démocratique en Égypte.

Jordanie

Les Frères musulmans de Jordanie ont tenu « les autorités du coup d’État égyptiennes responsables de la mort de Morsi après 7 années de détention à l’isolement ». Le groupe a également tenu la communauté internationale responsable des « crimes du coup d’Etat » en Égypte.

Qatar

L’émir qatari Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani a présenté ses condoléances à la famille de Morsi et au peuple égyptien. « Nous avons reçu avec une grande tristesse la nouvelle de la mort soudaine de l’ancien président, le Dr Mohamed Morsi. J’adresse mes plus sincères condoléances à sa famille et au peuple égyptien. Nous appartenons à Dieu et nous reviendrons », a déclaré Cheikh Tamim dans un message publié sur Twitter.

Turquie

Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie, a accusé lundi les « tyrans » égyptiens d’être responsables de la mort de Morsi. Le dirigeant turc a qualifié l’ancien président égyptien de « martyr ». La Turquie avait été l’un des plus grands partisans de Morsi.

« L’histoire n’oubliera jamais les tyrans qui l’ont conduit à la mort en le jetant en prison et en le menaçant d’exécution », a déclaré Erdogan, proche allié de Morsi, dans un discours télévisé prononcé à Istanbul. « Qu’Allah repose notre frère Morsi, notre âme de martyr en paix », a déclaré Erdogan, qui avait noué des liens étroits avec l’ancien président.

Des milliers d’Istanbul se sont joints à la prière mardi pour Morsi mardi. La prière a été appelée par l’autorité religieuse turque Diyanet et s’est déroulée dans la mosquée Fatih de la ville en présence d’Erdogan.

Human Rights Watch

Sarah Leah Whitson, directrice exécutive de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de Human Rights Watch, a qualifié la mort de Morsi de « terrible mais tout à fait prévisible », compte tenu du fait que le gouvernement ne lui a pas permis de bénéficier de soins médicaux adéquats.

« Ce que nous documentons depuis plusieurs années, c’est qu’il se trouvait dans les pires conditions. Chaque fois qu’il a comparu devant le juge, il a demandé des soins médicaux privés et un traitement médical », a déclaré Whitson à Al Jazeera.

Il a été privé de nourriture et de médicaments. Le gouvernement égyptien savait très bien que son état de santé déclinait. Il avait perdu beaucoup de poids et s’était aussi évanoui au tribunal à plusieurs reprises. Il a été maintenu à l’isolement sans accès à la télévision, au courrier électronique ou à toute communication avec ses amis et sa famille.

Les Frères Musulmans

Mohammed Sudan, membre dirigeant des Frères Musulmans à Londres, a décrit la mort de Morsi comme un « meurtre prémédité », affirmant que l’ancien président avait été interdit de recevoir des médicaments ou des visites et qu’il disposait de peu d’informations sur son état de santé.

« Il a été placé derrière [une] cage de verre [pendant les essais]. Personne ne peut l’entendre ni savoir ce qui lui arrive. Il n’a reçu aucune visite depuis des mois, voire presque un an. […] Ceci est un meurtre prémédité, une mort lente.  »

Le parti politique des Frères « Liberté et Justice » a déclaré dans un communiqué que les autorités égyptiennes étaient responsables de la « mort lente délibérée » de Morsi. « Les autorités égyptiennes l’ont placé en isolement cellulaire. Ils ont refusé de prendre des médicaments et lui ont donné une nourriture dégoûtante. Ils ne lui ont pas accordé les droits humains les plus élémentaires », a déclaré le parti politique dans un communiqué publié sur son site internet.

« Le régime égyptien savait que le refus continu de bénéficier d’un traitement médical le conduirait à sa mort prématurée. A cet effet, la mort du président Morsi équivaut à un meurtre commis par l’État », ont-ils déclaré dans un communiqué.

Palestine

Le Hamas a publié une déclaration rendant hommage à Morsi, proche allié du mouvement palestinien administrant la bande de Gaza assiégée. Il a salué « la longue lutte de Morsi au service de l’Egypte et de son peuple, et principalement de la cause palestinienne ». À la mosquée Al-Aqsa, dans la partie est de Jérusalem-Est, les Palestiniens ont célébré les funérailles lundi soir.

Pakistan

Le groupe politique et religieux pakistanais, Jamaat-e-Islami, a déclaré que « le monde musulman a perdu un véritable héros ». « Morsi s’est tenu debout face à toutes les pressions visant à l’obliger à renoncer à sa lutte pour les droits fondamentaux du peuple égyptien et son soutien à la Palestine », a déclaré le sénateur Siraj-ul-Haq, chef de ce groupe, dans un communiqué publié sur Twitter.

Malaisie

Le ministère malaisien des Affaires étrangères a déclaré qu’il était « choqué et attristé par la mort soudaine » de Morsi. « Au cours de son mandat de président, M. Morsi a fait preuve de courage et de courage moral pour tenter de détourner l’Égypte de décennies de régime autoritaire et y établir une véritable démocratie », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Saifuddin Abdullah, dans un communiqué.

« Je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances à la famille de M. Morsi et au peuple égyptien en deuil. »

Les réactions du monde à la mort de #Morsi se font discrètes, sans doute par crainte de représailles de l'Arabie Saoudite. Cliquez pour tweeter
dim. 16 Mouharram
الأحد 16 محرّم



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2019