Comment nous polluons l’air tous les matins sans nous en rendre compte

Les déodorants, parfums et savons qui nous laissent une bonne odeur polluent l'air à des niveaux aussi élevés que les émissions des voitures et des camions d'aujourd'hui.
comment nous polluons lair tous les matins sans nous en rendre compte
Crédit d'image : Tim Douet
Publié le 23 mars 2018, par Samir | 22 h 26 min
Temps de lecture : 3 minutes

C’est la découverte surprenante d’une étude publiée dans la revue Science, une revue scientifique américaine. Les produits chimiques à base de pétrole utilisés dans les savons, les parfums et les déodorants nuisent à l’environnement. Les chercheurs ont découvert que les substances chimiques à base de pétrole utilisées dans les parfums, les peintures et d’autres produits de consommation peuvent, ensemble, émettre autant de polluants atmosphériques que les véhicules à moteur, sous la forme de composés organiques volatils (COV).

Les COV interagissent avec d’autres particules dans l’air pour créer les éléments constitutifs du smog, à savoir l’ozone, qui peut déclencher l’asthme et cicatriser définitivement les poumons, et un autre type de pollution appelé indice PM2.5, particules fines liées aux crises cardiaques, AVC et cancer du poumon.

Le smog est généralement associé aux voitures. Mais depuis les années 70, les organismes de réglementation ont poussé les constructeurs automobiles à investir dans des technologies qui ont considérablement réduit les émissions de COV provenant des automobiles. Ainsi, la part croissante de la pollution de l’air causée par des produits comme les pesticides et les produits capillaires est en partie due au fait que les voitures deviennent plus propres.

40% des produits chimiques ajoutés aux produits se retrouvent dans l’air

Même si les conducteurs utilisent des litres d’essence chaque semaine, « ils sont stockés dans un réservoir hermétique, ils sont brûlés pour être convertis en dioxyde de carbone », explique Jessica Gilman, chimiste chercheur à l’Administration nationale océanique et atmosphérique. Ces émissions de dioxyde de carbone ne sont pas des COV générateurs de smog, bien qu’elles soient un facteur important du changement climatique d’origine humaine.

« Ces COV que vous utilisez dans les produits de tous les jours, même s’il ne s’agit que d’une cuillère à café, d’une giclée ou d’un spray, finissent par se retrouver dans l’atmosphère, où ils peuvent réagir, contribuer à la formation d’ozone et de petites particules « , a déclaré Gilman. 40% des produits chimiques ajoutés aux produits de consommation se retrouvent dans l’air, ont constaté les chercheurs.

Pour faire leurs calculs, les auteurs de l’étude ont construit un modèle informatique qui simule la qualité de l’air à Los Angeles, en tissant des données à partir de la composition chimique des biens de consommation et des émissions d’échappement. À l’aide du modèle, ils ont pu observer les empreintes digitales des composés chimiques provenant des produits de soins personnels. Ainsi, ils ont estimé le nombre de COV rejetés dans l’air provenant des peintures et finitions à l’intérieur des bâtiments. Environ la moitié des COV dans l’air de pourrait être attribuée aux produits de consommation.

Les produits naturels, une solution miracle ?

Les consommateurs inquiets peuvent être tentés de se tourner vers des produits « naturels », bien que les chercheurs avancent que ce n’est pas une panacée (comprenez un remède universel). Par exemple, une classe de composés appelés terpènes (un hydrocarbure naturel) donne à de nombreux produits de nettoyage une odeur de pin ou d’agrume. Ces terpènes peuvent être produits synthétiquement ou naturellement à partir d’oranges.

« Mais que ce soit synthétique ou naturel, une fois qu’il pénètre dans l’atmosphère, il est incroyablement réactif », a déclaré Gilman. Des composés naturels semblables donnent leur nom aux Blue Ridge Mountains d’Appalachia, la brume bleue formée par les terpènes émis par les arbres.

Il y a des dizaines de milliers de produits chimiques dans les produits de consommation et les chercheurs n’ont pas encore déterminé quels produits chimiques sont les plus susceptibles de former de l’ozone ou des particules PM2.5. Certains des COV utilisés dans les produits de consommation remplaçaient les chlorofluorocarbures (une sous-classe de gaz fluorés). Ces produits chimiques ont été éliminés à partir des années 1980, car ils ont aminci la couche d’ozone de la Terre.

jeu. 15 Dhoul Qi'dah
الخميس 15 ذو القعدة

Articles récents
understanding allah y barek
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Questions réponses sur l'islam
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2024