Bosnie, Srebrenica : les 24 ans d’un génocide musulman oublié

Le 11 juillet marque le 24e anniversaire du génocide de Srebrenica, la pire atrocité sur le sol européen depuis l'Holocauste. En juillet 1995, les forces serbes ont tué à la chaîne plus de 8 000 hommes et enfants musulmans bosniaques dans la soi-disant enclave protégée par l'ONU à Srebrenica, en Bosnie.
bosnie srebrenica les 24 ans dun genocide musulman oublie
Crédit d'image : Ron Haviv/VII
Publié le 11 juillet 2019, par Samir | 19 h 15 min
Temps de lecture : 6 minutes

Le génocide n’est pas commis par un petit groupe d’individus, mais par un grand nombre de personnes et l’État contribue au génocide. D’après Stanton et Halilovic, 2 spécialistes du génocide bosnique contactés par Al Jazeera, le massacre de Srebrenica a eu lieu en 10 étapes.

Etapes 1, 2, et 3 : classification, symbolisation et discrimination

L’idée d’une Grande Serbie comprenant les territoires de Bosnie, du Kosovo, de la Croatie, du Monténégro et d’autres pays voisins, remonte au 19e siècle et a été ravivée après la mort du dirigeant yougoslave Josip Broz Tito en 1980. Avec le déclin du bloc communiste, le président serbe Slobodan Milosevic et les nationalistes serbes ont vu une occasion de mobiliser les masses en faveur de la création d’un État serbe homogène.

Dans son célèbre discours prononcé devant une foule à Belgrade en 1989, Milosevic s’est présenté comme le sauveur du serbe et de l’Europe. Il a imposé la notion de « nous [les Serbes] contre eux ». Les Bosniaques étaient généralement appelés turcs, balije (insultes envers un musulman de Bosnie) et qualifiés de terroristes et d’extrémistes islamiques.

Etape 4 : déshumanisation

De nombreux Serbes ont déshumanisé les Bosniaques, les considérant comme un peu plus que des musulmans qui constituaient une menace pour le projet hégémoniste serbe. Afin de mobiliser l’opinion publique nationale contre les musulmans et de justifier de futurs actes contre eux aux yeux de l’Occident, les dirigeants serbes avaient besoin d’une image de l’islam en tant que système totalitaire, fondamentalement violent et culturellement étranger sur le sol européen.

Etape 5 : Organisation

Un plan visant à détruire la Bosnie et à exterminer complètement son peuple musulman a été élaboré dès les années 1980 par l’état-major de l’armée populaire yougoslave. Connu sous le nom de célèbre plan RAM, son objectif était de diviser la Bosnie en une Grande Serbie et une Grande Croatie.

Un document, rédigé par les services spéciaux de l’armée, y compris des experts en guerre psychologique, indiquait que le moyen le plus efficace de semer la terreur et la panique parmi la population bosniaque serait de violer des femmes, des mineurs et même des enfants.

Etape 6 : polarisation

Les médias serbes et bosniaques serbes ont régulièrement diffusé une propagande polarisante visant à déshumaniser les victimes et à marginaliser l’opposition à la guerre.

Alors que les forces serbes assiégeaient Sarajevo au siège, la chaîne de télévision publique Belgrade a diffusé un faux reportage destiné à attiser la haine, notamment : « Les extrémistes musulmans ont mis au point le moyen le plus horrible de torturer les gens. La nuit dernière ils ont nourri les lions du zoo de la ville avec des enfants serbes ».

Ceci a été regardé par plusieurs millions de téléspectateurs.

Etape 7 : préparation

Organisées à partir de Belgrade (Serbie), des armes ont été distribuées à la population serbe par camion tout au long des années 1990 et 1991 en Bosnie. On raconte qu’à la fin, presque aucune maison serbe n’était sans arme automatique, selon un rapport de l’ONU datant de 1994.

Etape 8 : persécution

Dans toute la Bosnie, les Bosniaques intellectuels influents ont souvent été parmi les premiers à être exécutés, leurs noms étant inscrits sur les listes d’hommes à abattre.

Lorsque les troupes serbes arrivaient dans une ville, elles tuaient des non-Serbes, souvent après les avoir torturées. Des biens bosniaques ont été confisqués. De 1992 à 1995, près de 50 000 femmes, filles et jeunes enfants bosniaques et croates ont été violés.

À Prijedor, une ville de l’ouest de la Bosnie, les Bosniaques ont été obligés de porter un brassard blanc pour être clairement identifiés. Ils ont également du attacher des drapeaux blancs à leurs portes.

Dans tout le pays, 200 000 personnes ont été déportées dans des camps de concentration où elles ont été torturées, affamées et assassinées. D’autres personnes assiégées, comme à Sarajevo et à Mostar, ont été affamées sous le feu des tireurs isolés et de pilonnages intensifs.

Srebrenica, connu comme le plus grand camp de détention au monde, a été assiégé pendant 3 ans avant de tomber aux mains des forces serbes de Bosnie en juillet 1995. Les troupes serbes ont séparé les garçons et les hommes âgés de 12 à 77 ans du reste de la population et les ont emmenés dans les champs, les écoles et les entrepôts pour les exécuter.

Etape 9 : extermination

Le 11 juillet à 16 h 15, le général Ratko Mladic (qui est maintenant un criminel de guerre reconnu) est entré à Srebrenica avec les forces serbes, y compris des unités paramilitaires de Serbie, réclamant la ville pour les Serbes. En se promenant dans les rues avec les caméras de télévision en marche, Mladic a annoncé qu’il y aurait « une revanche contre les turcs ».

Les habitants paniqués de l’enclave se sont réfugiés dans la base du bataillon néerlandais de l’ONU pour constater que les 400 soldats de la paix légèrement armés n’étaient pas en mesure de les défendre. Les forces serbes avaient hérité de ressources beaucoup plus importantes de l’ancienne armée yougoslave.

Ce jour-là, des milliers d’hommes bosniaques commencent à fuir à travers les bois en formant une colonne et en parcourant une centaine de kilomètres pour tenter d’atteindre le territoire libre contrôlé par l’armée de Bosnie.

Le voyage s’appelait la marche de la mort. Ils ont été pris dans une embuscade, tirés et attaqués par les forces serbes. Moins d’un quart d’entre eux ont survécu. En 6 jours, plus de 8 000 Bosniaques ont été tués. Les femmes et les petits enfants ont été déportés.

Etape 10 : déni

Afin de dissimuler les meurtres, les forces serbes ont transporté les corps avec des bulldozers et des camions et les ont enterrés à de nombreux endroits, laissant les restes des victimes fragmentés et écrasés. Des os humains peuvent être trouvés à 20 km l’un de l’autre, ce qui empêche les familles de donner une sépulture à leurs proches.

Selon un sondage Al Jazeera Balkans de 2018, 66% des serbes de République serbe de Bosnie nient le génocide. La négation du génocide est courante dans les milieux universitaires et politiques. Milorad Dodik, l’actuel président et membre serbe de la présidence tripartite de Bosnie, et le Premier ministre serbe, Ana Brnabic, ont fermement nié le génocide.

Etape 11 : triomphalisme

Les criminels de guerre condamnés aujourd’hui sont respectés et honorés en tant que héros de guerre. Selon le sondage de 2018, 74% des Serbes de la Republika Srpska considèrent le criminel de guerre Radovan Karadzic, reconnu coupable d’un crime de guerre, coupable de génocide et de crimes de guerre, d’être un héros.

Le moyen le plus efficace de semer la terreur et la panique parmi la population bosniaque était de violer des femmes, des mineurs et même des enfants. 24 ans du génocide #Srebrenica #Serbie #Bosnie Cliquez pour tweeter
dim. 18 Rabi' 2
الأحد 18 ربيع الآخر



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2019