Avertissement : L’humanité doit prendre des mesures avant qu’il ne soit trop tard

Plus de 15 000 scientifiques de 184 pays ont tiré la sonnette d'alarme : L'humanité doit prendre des mesures immédiates pour inverser les effets du changement climatique, de la déforestation et de l'extinction des espèces avant qu'il ne soit trop tard.
avertissement lhumanite doit prendre des mesures avant quil ne soit trop tard
Crédit d'image : nopollutionintheearth.wordpress.com
Publié le 14 novembre 2017, par Fatmiche | 23 h 36 min

L’avertissement, publié par l’Alliance of World Scientists et publié dans la revue Bioscience, est lancé à l’occasion du 25ème anniversaire d’un avertissement similaire de l’Union of Concerned Scientists intitulé « Avertissement des scientifiques du monde à l’humanité ». Cette nouvelle lettre est approuvée par 10 fois plus de scientifiques.

On peut lire dans ce papier que « La trajectoire actuelle des changements climatiques potentiellement catastrophiques due à l’augmentation des gaz à effet de serre résultant de la combustion de fossiles, à la déforestation et à la production agricole, notamment des ruminants destinés à la consommation de viande, est particulièrement troublante. En outre, nous avons déclenché un événement d’extinction de masse dans lequel de nombreuses formes de vie actuelles pourraient être anéanties. »

Le document décrit certaines des préoccupations environnementales les plus pressantes au monde, dont la plupart n’ont fait que s’aggraver depuis 1992.

Une baisse de la disponibilité en eau douce

La disponibilité en eau douce par habitant est inférieure à la moitié du niveau des années 1960 ! Il est probable que les changements climatiques auront un impact considérable sur la disponibilité de l’eau douce en altérant le cycle hydrologique et la disponibilité de l’eau.

Pêche maritime non durable

En 1992, le total des captures marines était égal ou supérieur au rendement maximal durable et les pêcheries étaient sur le point de s’effondrer. Les taux de capture mondiaux ont diminué, bien que les efforts de pêche augmentent.

Zones mortes océaniques

Les zones mortes côtières, qui sont principalement causées par le ruissellement des engrais et l’utilisation de combustibles fossiles, tuent de vastes étendues de vie marine. Les zones mortes avec des eaux hypoxiques, appauvries en oxygène, sont un facteur de stress important sur les systèmes marins et les emplacements identifiés ont considérablement augmenté depuis les années 1960, avec plus de 600 systèmes touchés en 2010.

Pertes forestières

Les forêts du monde sont cruciales pour la conservation du carbone, de la biodiversité et de l’eau douce. Entre 1990 et 2015, la superficie forestière totale est passée de 4 128 à 3 999 millions d’hectares, soit une perte nette de 129 millions d’hectares, ce qui correspond approximativement à la superficie de l’Afrique du Sud !

Biodiversité décroissante

La biodiversité mondiale disparaît à un rythme alarmant et les populations d’espèces de vertébrés s’effondrent rapidement. Collectivement, les poissons, les amphibiens, les reptiles, les oiseaux et les mammifères ont diminué de 58% entre 1970 et 2012.

Changement climatique

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone fossile ont fortement augmenté depuis 1960. Par rapport à la moyenne de 1951-1980, la température moyenne annuelle de surface, parallèlement aux émissions de CO2. Les 10 années les plus chaudes du record de 136 ans se sont produites depuis 1998.

Croissance démographique

Depuis 1992, la population humaine a augmenté d’environ 2 milliards d’individus, soit une variation de 35%. Il est peu probable que la population humaine mondiale arrête de croître au cours de ce siècle. C’est plutôt le contraire. Il est fort probable que la population mondiale passera de 7,2 milliards de personnes maintenant à entre 9,6 et 12,3 milliards d’ici 2100.

Heureusement, il n’y a pas que des mauvaises nouvelles.

Le document explique comment le taux mondial d’appauvrissement de la couche d’ozone s’est réellement amélioré depuis 1992.  « Le déclin rapide et mondial des substances qui appauvrissent la couche d’ozone montre que nous pouvons apporter des changements positifs lorsque nous agissons de manière décisive. Nous avons également fait des progrès dans la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim. Nous avons beaucoup appris depuis 1992, mais l’avancement des changements urgents de la politique environnementale, du comportement humain et des inégalités mondiales est encore loin d’être suffisant. »

Une population en plein essor

Pourtant, un facteur qui pourrait sérieusement exacerber les problèmes environnementaux mondiaux est la croissance démographique. Même si une classe moyenne en croissance rapide améliore le niveau de vie à travers le monde, cela a un coût. La croissance rapide de la classe moyenne mondiale, qui compte aujourd’hui plus de 3 milliards de personnes dans le monde, devrait atteindre, d’ici à 2050, 5 milliards de personnes.

La principale préoccupation n’est pas vraiment les chiffres humains tel mais c’est plutôt l’impact que nous avons. Cet impact correspond à ce que les gens de la classe moyenne peuvent acheter : appareils ménagers, voitures, voyages, plus de viande. Cette consommation accrue constitue une menace importante pour la biodiversité.

Si nous perdons de 50 à 75% des espèces de la planète au cours de ce siècle, ce que les scientifiques nous disent ce qui se passera si nous continuons à fonctionner comme si de rien n’était ? Que pouvons-nous faire ?

Les scientifiques proposent des solutions. En voici quelques unes.

1) Maîtriser les activités préjudiciables à l’environnement pour restaurer et protéger l’intégrité des systèmes terrestres dont nous dépendons. Nous devons, par exemple, passer des combustibles fossiles à des sources d’énergie plus bénignes et inépuisables pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, la pollution de l’air et de l’eau.

2) Donner la priorité au développement de sources d’énergie adaptées aux besoins du tiers monde, à petite échelle et relativement faciles à mettre en œuvre. Nous devons arrêter la déforestation, les dommages et la perte de terres agricoles et la perte d’espèces animales et végétales terrestres et marines.

3) Gérer plus efficacement les ressources cruciales pour le bien-être humain. Il faut accorder une haute priorité à l’utilisation efficace de l’énergie, de l’eau et d’autres matériaux, y compris l’expansion de la conservation et du recyclage.

dim. 29 Rabi' 1
الأحد 29 ربيع الأول



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2017