Attentat de La Mecque en 1979 : prise d’otage, des centaines de morts, les musulmans sont aussi victimes du terrorisme

C'était il y a 41 ans. Un prédicateur et ses partisans ont organisé une prise de contrôle armée de la Grande Mosquée de La Mecque et on fait couler beaucoup de sang sur le lieu le plus saint sur Terre.
attentat de la mecque en 1979 les musulmans sont aussi victimes du terrorisme
Crédit d'image : Wikipédia
Publié le 12 novembre 2020, par Samir | 1 h 33 min
Temps de lecture : 13 minutes

Aux premières heures du 20 novembre 1979, quelque 50 000 fidèles du monde entier se sont rassemblés pour les prières de l’aube dans la cour entourant la Kaaba. Parmi eux, se sont mêlés 200 hommes dirigés par un terroriste de 40 ans appelé Jouhayman al-Outaybi. Alors que l’imam terminait de diriger la prière, Jouhayman et ses partisans le poussèrent sur le côté et se saisirent du micro.

La prise de contrôle

Ils avaient placé des cercueils fermés au centre de la cour, qui contiennent habituellement des personnes décédées récemment sur lesquels on accomplit la prière mortuaire (salat janaza). Mais ces cercueils contenaient en réalité des armes de poing et des fusils, qui furent rapidement distribués parmi les terroristes.

L’un d’eux a commencé à lire un discours préparé: « Chers musulmans, nous annonçons aujourd’hui la venue du Mahdi … qui régnera avec justice et équité sur la Terre après qu’elle aura été remplie d’injustice et d’oppression. » Pour les pèlerins dans la cour, c’était une annonce extraordinaire annoncée dans les hadiths du prophète saws.

Le prédicateur, Khaled al-Yami, un disciple de Jouhayman, a affirmé que « d’innombrables visions ont témoigné de la venue du Mahdi ». Des centaines de musulmans l’avaient vu dans leurs rêves, a déclaré Yami, et maintenant il était au milieu d’eux. Le nom du Mahdi était Mohammed bin Abdullah al-Qahtani.

Dans un enregistrement audio du discours, Jouhayman peut être entendu interrompant l’orateur de temps en temps pour demander à ses hommes de fermer les portes du sanctuaire et de prendre des positions de tireurs d’élite dans ses grands minarets, qui dominaient alors la ville de La Mecque. « Attention frères ! Ahmad al-Lahabi, montez sur le toit. Si vous voyez quelqu’un résister aux portes, tirez-lui dessus ! »

Selon un témoin anonyme, Jouhayman a été le premier à rendre hommage au Mahdi, et immédiatement d’autres ont commencé à suivre son exemple. Des cris de « Allahou akbar » retentissent. Mais il y avait aussi de la confusion. Abdel Moneim Sultan, un étudiant religieux égyptien qui avait appris à connaître certains des fidèles de Jouhayman, rappelle que la Grande Mosquée était pleine de visiteurs étrangers qui parlaient peu l’arabe et ne savaient pas ce qui se passait.

La vue d’hommes armés armés dans un espace où le Coran interdit strictement toute violence, et quelques coups de feu, ont également étonné de nombreux fidèles, qui se sont précipités pour atteindre les sorties encore ouvertes. « Les gens ont été surpris de voir des hommes armés. C’est quelque chose auquel ils n’étaient pas habitués. Il ne fait aucun doute que cela les a horrifiés. C’était quelque chose de scandaleux », déclare Abdel Moneim Sultan.

Mais en une heure à peine, l’audacieuse prise de contrôle était terminée. Le groupe armé contrôlait désormais pleinement la Grande Mosquée, mettant directement en cause l’autorité de la famille royale saoudienne.

Le cerveau de l’attaque, Jouhayman

Les hommes qui ont pris d’assault Masjid al Haram appartenaient à une association appelée al-Jamaa al-Salafiya al-Mouhtasiba (JSM) qui condamnait ce qu’elle percevait comme la dégénérescence des valeurs sociales et religieuses en Arabie saoudite. Plein de pétrole, le pays se transforme progressivement en une société de consommation. Les voitures et les appareils électriques devenaient monnaie courante, le pays s’urbanisait et dans certaines régions, hommes et femmes commençaient à se mélanger en public.

Mais les membres du JSM ont continué à mener une vie austère, faisant du prosélytisme, étudiant le Coran et les hadiths et adhérant aux principes de l’islam tels que définis par l’establishment religieux saoudien. Jouhayman, l’un des fondateurs du JSM, est originaire de Sajir, une colonie bédouine du centre du pays. Il a avoué à ses partisans que son passé était loin d’être parfait. Oussama al-Qoussi, un étudiant religieux qui fréquentait ces réunions, a entendu Jouhayman dire qu’il avait été impliqué dans le commerce illégal, y compris le trafic de drogue. Cependant, ils’était repenti, avait trouvé du réconfort dans la religion et était devenu un dirigeant zélé et dévoué. De nombreux membres du JSM, en particulier les plus jeunes, sont tombés sous son charme.

La plupart de ceux qui l’ont connu témoignent de sa force de personnalité ainsi que de son dévouement. Personne n’a vu cet homme et ne l’aimait pas. Il était étrange. Il avait ce qu’on appelle le charisme. Il était fidèle à sa mission et il a donné toute sa vie à Allah, jour et nuit. Cependant, pour un chef religieux, il était peu instruit. L’ignorance peut mener à des catastrophes, quand bien même la personne est dévouée. « Jouhayman tenait à aller dans les zones isolées et rurales où vivent les Bédouins », se souvient Nasser al-Hozeimi, un proche disciple. « Parce que son arabe classique [la langue maîtrisée par tous les érudits de l’Islam] était faible et qu’il avait un fort accent bédouin, il évitait de s’adresser à un public instruit pour éviter d’être exposé. »

D’un autre côté, Jouhayman avait servi comme soldat dans la garde nationale et sa formation militaire rudimentaire s’est avérée importante pour l’organisation de la prise de contrôle. Finalement, le JSM a commencé à se heurter à certains religieux saoudiens et une répression par les autorités s’en est suivie. Jouhayman s’est enfui dans le désert, où il a écrit une série de brochures critiquant la famille royale saoudienne pour ce qu’il considérait comme sa décadence et accusant les clercs de collusion avec elle pour des gains terrestres. Il devient convaincu que l’Arabie saoudite avait été corrompue et que seule une intervention céleste pouvait apporter le salut.

Un faux Mahdi pour justifier la prise de la Mosquée

C’est à ce moment qu’il a identifié le Mahdi comme étant Mouhammad ibn Abdoullah al-Qahtani, un jeune prédicateur à la voix douce connu pour ses bonnes manières, son dévouement et sa poésie. Les hadiths parlent d’un Mahdi avec un prénom et un nom de père similaires à ceux du prophète saws, et des traits soulignés par un grand front et un nez fin et aquilin prononcé. Jouhayman a vu tout cela à al-Qahtani, mais le prétendu sauveur lui-même a été surpris par l’idée. Accablé, il se retira dans la prière.

Finalement, cependant, il sortit de son isolement convaincu que Jouhayman avait raison. Il a endossé le rôle de Mahdi et l’alliance avec Jouhayman a été scellée d’autant plus étroitement que la sœur aînée de Qahtani est devenue la deuxième épouse de Jouhayman. De façon pratique, quelques mois avant le siège, d’étranges rumeurs se sont répandues selon lesquelles des centaines de Mecquois et de pèlerins avaient vu al-Qahtani dans leurs rêves, debout dans la grande mosquée et tenant la bannière de l’islam.

Dans les régions reculées où il s’était réfugié, Jouhayman et ses partisans ont commencé à se préparer au violent conflit à venir.

La réaction des autorités saoudiennes

Les dirigeants saoudiens ont réagi lentement à la saisie de la Grande Mosquée. Le prince héritier Fahd ibn Abdoulaziz as-Saoud était en Tunisie au sommet de la Ligue arabe et le prince Abdoullah, chef de la Garde nationale – une force de sécurité d’élite chargée de protéger les dirigeants royaux – était au Maroc. Il a été laissé au roi Khaled malade et au ministre de la Défense, le prince Soultan, de coordonner une réponse.

Au début, la police saoudienne n’a pas réussi à comprendre l’ampleur du problème et a envoyé 2 voitures de patrouille pour enquêter, mais alors qu’elles se rendaient à la Grande Mosquée, elles ont essuyé des balles. Une fois que la gravité de la situation est devenue claire, des unités de la Garde nationale ont lancé un effort précipité pour reprendre le contrôle du sanctuaire.

Mark Hambley, officier politique à l’ambassade des États-Unis à Djeddah et l’un des rares Occidentaux qui étaient au courant de la situation, dit que cet assaut était courageux mais naïf. « Ils ont été immédiatement abattus », dit-il. « Les tireurs pointus avaient de très bonnes armes, des fusils belges de très bon calibre. »

Une véritable scène de guerre

Il est devenu clair que les insurgés avaient planifié leur attaque en détail et ne seraient pas faciles à déloger. Un cordon de sécurité a été établi autour de la Grande Mosquée et des forces spéciales, des parachutistes et des unités blindées ont été appelés. Les affrontements se sont intensifiés l’après midi du deuxième jour. Il y a eu des tirs d’artillerie dirigés vers les minarets, des hélicoptères qui planaient constamment dans les airs et des avions militaires.

La Grande Mosquée est un vaste bâtiment composé principalement de galeries et de couloirs, longs de plusieurs centaines de mètres, entourant la cour de la Kaaba, et construit sur 2 étages. Au cours des 2 jours suivants, les unités saoudiennes ont lancé des assauts frontaux dans le but de gagner l’entrée. Mais les rebelles ont repoussé vague après vague d’attaques, en dépit en infériorité numérique.

Les rebelles ont allumé des feux avec des tapis et des pneus en caoutchouc pour générer de lourds nuages ​​de fumée, puis ils se sont cachés derrière des colonnes avant de sortir de l’obscurité pour tendre une embuscade aux troupes saoudiennes émergentes. Le bâtiment a été transformé en zone de mise à mort et les victimes se sont rapidement chiffrées à plusieurs centaines. « C’était une confrontation d’homme à homme, dans un espace limité », explique le Maj Mohammad an-Noufai, le commandant des forces spéciales du ministère de l’Intérieur. « Une situation de combat avec des balles sifflant à gauche et à droite – c’est quelque chose d’incroyable. »

Une fatwa émise par les principaux savants du Royaume, réunie par le roi Khaled, a autorisé l’armée saoudienne à utiliser n’importe quel degré de force pour expulser les rebelles. Des missiles antichars guidés et des canons lourds ont ensuite été utilisés pour déloger les rebelles des minarets, et des véhicules blindés de transport de troupes ont été envoyés pour franchir les portes. Les rebelles ont été galvanisés par le faux Mahdi.

Ce n’est que le sixième jour des combats que les forces de sécurité saoudiennes ont réussi à prendre le contrôle de la cour de la mosquée et des bâtiments qui l’entourent. Mais les rebelles restants se sont simplement retirés dans un labyrinthe de centaines de pièces et de cellules en dessous, convaincus par Jouhayman que le Mahdi était toujours vivant, quelque part dans le bâtiment.

Leur situation était désormais désastreuse. Les odeurs entouraient les gens du fait des morts à même le sol et des blessures. Au début, l’eau était disponible, mais plus tard, ils ont commencé à rationner les fournitures. Puis les dates se sont épuisées, alors ils ont commencé à manger des boules de pâte crue. C’était une atmosphère terrifiante.

L’intervention de la France et du GIGN

Il était clair que le gouvernement saoudien avait besoin d’aide pour capturer les dirigeants vivants et mettre fin au siège. Ils se sont tournés vers le président français Valéry Giscard d’Estaing. « Notre ambassadeur m’a dit qu’il était évident que les forces saoudiennes étaient très désorganisées et ne savaient pas comment réagir », a déclaré Giscard d’Estaing à la BBC, confirmant pour la première fois le rôle de la France dans cette crise.

Le président français a discrètement dépêché 3 conseillers de l’unité antiterroriste récemment formée, le GIGN. L’opération devait rester secrète, pour éviter toute critique de l’intervention occidentale dans le berceau de l’islam, quand bien même certains justifient l’autorisation de cette intervention de par son car exceptionnel. Etant donné que les forces de l’ordre n’ont pas réussi à rétablir la paix, ils autorisent l’intervention d’autres forces même non musulmanes. La finalité étant de sauver des vies.

L’équipe française avait son siège dans un hôtel de la ville voisine de Taif, d’où elle a conçu un plan pour débusquer les rebelles. Il consistait à remplir les sous-sols de gaz pour rendre l’air irrespirable. Des trous ont été creusés tous les 50 mètres afin d’atteindre le sous-sol. Du gaz a été injecté à travers ces trous puis dispersé à l’aide d’explosions de grenades dans tous les coins où les rebelles se cachaient. Le plan français s’est avéré un succès.

L’arrestation des auteurs de l’attaque

« Jouhayman a manqué de munitions et de nourriture ces 2 derniers jours », explique Nasser al-Houzeimi, l’un de ses partisans. « Ils ont été rassemblés dans une petite pièce et les soldats lançaient des bombes fumigènes sur eux par un trou qu’ils ont fait dans le plafond … C’est pourquoi ils se sont rendus. Jouhayman est parti et tous ont suivi. »

Le Maj Nufai a été témoin de la rencontre qui a suivi, entre les princes saoudiens et un Jouhayman stupéfait mais impénitent : «Le prince Saoud al-Faysal lui a demandé : « Pourquoi, Jouhayman ? » Il a répondu : « Ce n’est que le destin. » Le prince lui dit : « As-tu besoin de quelque chose ?’ Il a juste répondu : « Je veux de l’eau. » Jouhayman a défilé devant les caméras et un peu plus d’un mois plus tard, 63 des rebelles ont été exécutés publiquement dans 8 villes d’Arabie saoudite. Jouhayman a été le premier à mourir.

Si la croyance de Jouhayman dans le Mahdi l’a peut-être distingué, il faisait partie d’un mouvement plus large de conservatisme social et religieux réagissant contre la modernité, dans lequel les durs ont pris le dessus sur la famille royale. Un homme sur lequel le siège a eu un effet profond était Oussama Ben Laden. Dans un de ses pamphlets contre la famille dirigeante saoudienne, il a déclaré qu’ils avaient « profané le Haram, alors que cette crise aurait pu être résolue pacifiquement ».

L’impact de cet attaque sur la société saoudienne

Les actions de Jouhayman ont arrêté toute modernisation. L’une des choses qu’il a exigé du gouvernement saoudien était le retrait des présentatrices de la télévision. Après l’incident de Haram, aucune présentatrice n’est apparue à la télévision à nouveau. L’Arabie saoudite est restée sur cette voie ultra-conservatrice pendant la majeure partie des 4 décennies suivantes. Ce n’est que récemment qu’il y a eu des signes de réouverture.

Dans une interview en mars 2018, le prince héritier Mohammed Bin Salman, a déclaré qu’avant 1979, sous entendu avant le siège de la Grande Mosquée, les saoudiens vivaient une vie normale comme le reste des pays du Golfe et que les femmes conduisaient des voitures. Il y avait des cinémas en Arabie saoudite.

dim. 14 Rabi' 2
الأحد 14 ربيع الآخر

Articles récents
attentat de la mecque en 1979 les musulmans sont aussi victimes du terrorisme
le boycott des produits francais suite aux commentaires de macron sur lislam
que passe il entre erdogan et macron
islam plus de 50 mosquees et associations interpellent le president emmanuel macron
egypte al azhar qualifie les propos de macron sur lislam et le separatisme de racistes
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Questions réponses sur l'islam
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2020