49 musulmans tués dans l’attaque terroriste visant 2 mosquées en Nouvelle Zélande

Des hommes armés ont tué au moins 49 personnes lors de la prière du vendredi dans deux mosquées de Christchurch, au cours de la pire attaque du pays. Paix et miséricorde d'Allah sur eux.
49 musulmans tues dans lattaque terroriste visant 2 mosquees en nouvelle zelande
Crédit d'image : EPA
Publié le 15 mars 2019, par Samir | 15 h 47 min
Temps de lecture : 6 minutes

Au moins 49 personnes ont été tuées et 20 autres blessées lors d’une fusillade dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, après qu’un homme armé ait ouvert le feu sans distinction sur les fidèles, certains alors qu’ils étaient à genoux en prière.

Les mosquées visées par l’attaque de vendredi, la pire tuerie de masse de l’histoire du pays, étaient la mosquée an-Nour au centre de Christchurch et un autre lieu de culte dans la banlieue de Linwood. Des femmes et des enfants ont été tués.

Un Australien de 28 ans, que la police n’a pas identifié, a été accusé de meurtre. Il doit comparaître devant le tribunal ce samedi. Deux autres hommes et une femme ont été arrêtés dans le cadre de l’attaque, dont 2 sont toujours en détention. Selon la police, 2 engins explosifs improvisés ont été trouvés dans une voiture et neutralisés par l’armée.

Les autorités ont recommandé aux musulmans de ne pas se rendre dans les mosquées de Nouvelle-Zélande. La Premier ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a déclaré que l’attaque contre les mosquées semblait être un « attentat terroriste » bien planifié : « C’est et ce sera l’un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande », a déclaré un Ardern au visage pommé lors d’une conférence de presse.

Plusieurs personnes étaient à l’intérieur de la mosquée masjid an-Nour lorsque la fusillade a commencé. Les témoins ont raconté à un journaliste d’al Jazeera qu’un homme était entré avec une arme automatique et avait commencé à tirer.

« Un homme armé – vêtu de noir avec un casque et portant une mitraillette – est entré à l’arrière de la mosquée et a commencé à tirer sur les personnes qui priaient là-bas », a déclaré Clarke. Peneha, qui vit à côté de la mosquée, a déclaré qu’il s’était rendu dans le bâtiment pour tenter de l’aider et qu’il avait « vu des personnes décédées partout ».

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a confirmé que le suspect présumé de meurtre était un citoyen australien et l’a décrit comme « un terroriste extrémiste, de droite et violent ». Il a ajouté que les autorités de sécurité australiennes enquêtaient sur tous les liens entre le pays et l’attaque, mais ont refusé de fournir des détails supplémentaires sur le suspect.

Le suspect âgé de 28 ans a publié un manifeste raciste sur Twitter avant le coup de feu, puis a diffusé en streaming son raz-de-marée sur Facebook.

La police a demandé aux personnes de ne pas partager les images, qui ont été diffusées en ligne à la suite de l’attaque, et s’efforce de les supprimer. Les responsables ont également averti les internautes qu’ils risquaient d’être passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans pour avoir partagé ce « contenu répréhensible ».

Un massacre dans les 2 mosquées

Un homme de la mosquée, couvert de sang sur ses vêtements, a déclaré s’être caché sous un banc pendant la fusillade. Il a dit qu’environ 50 personnes étaient à l’intérieur du bâtiment.

Certains fidèles ont réussi à s’échapper par les fenêtres et les portes mais de nombreuses personnes ont été touchées, dont des enfants. Environ 10 à 15 personnes ont été vues à l’extérieur de la mosquée, certaines vivantes, d’autres mortes.

Farid Ahmed, un témoin en fauteuil roulant à Christchurch, a déclaré à Al Jazeera qu’il se trouvait à l’arrière de la mosquée et avait entendu la fusillade pendant environ 7 minutes. « Je me suis poussé à l’arrière où ma voiture était garée et j’étais derrière la voiture. Et de là, j’ai entendu des coups de feu tirant après avoir tiré », a-t-il déclaré.

« Après environ 10 minutes, je pensais que le tireur était parti. Je me suis forcé à entrer dans la mosquée et c’était incroyable. J’ai vu dans la pièce principale à droite plus de 20 personnes, certaines mortes, d’autres hurlant. « J’ai vu sur le sol des centaines d’obus de balles. J’ai vu un gars qui essayait de s’enfuir et il a été abattu. »

Ramzan Ali, un deuxième témoin à Christchurch, a déclaré avoir entendu dire qu’une des femmes était décédée. « La mosquée possède différente pièce, vous savez, il a tiré à l’intérieur, est allé dans une autre pièce, a tiré là-bas. Il y a la section des femmes, il est allé les tuer. Je viens d’entendre qu’une des femmes est morte, j’espère que ce n’est pas vrai, » dit-il.

Tahir Nawaz, de l’Association internationale musulmane de Nouvelle-Zélande, a déclaré qu’ils avaient décidé de limiter les activités dans les mosquées. « Toute la communauté est sous le choc. Ils ne se seraient jamais attendus à ce que cela se produise dans ce pays pacifique. En conséquence de cette attaque, nous limitons nos activités à la mosquée et nous essayons de maintenir la sécurité de notre région. »

La minorité musulmane prise pour cible

Les musulmans représentent seulement 1% de la population néo-zélandaise, selon un recensement de 2013. La représentation des musulmans par les médias alimente la colère de la communauté, selon une étude universitaire menée en 2017 auprès de 16 000 Néo-Zélandais.

« Les personnes hautement scolarisées et orientées vers la gauche ont généralement tendance à adopter une attitude positive envers non seulement les musulmans, mais également les populations migrantes », a déclaré le chercheur principal John Shaver, de l’Université d’Otago, à Dunedin. « Notre étude a révélé que les gens très éduqués, même ceux de gauche, développaient leur colère envers les musulmans par le biais des médias. Plus ils regardaient les nouvelles, plus ils devenaient préjugés. »

Il a toutefois pris soin d’ajouter que la Nouvelle-Zélande est une société multiculturelle qui accepte tous les groupes. « Il n’y a eu qu’une poignée d’incidents dans lesquels des musulmans ont été harcelés ou leurs biens vandalisés. « Les choses ici ne ressemblent pas à celles d’Australie, des Etats-Unis ou de l’Ouest », a-t-il déclaré.

La plupart des journalistes néo-zélandais ont tendance à absorber le contenu généré par les médias américains et européens sans fournir de contexte. « Dans les médias occidentaux, l’accent est mis uniquement sur les conflits au Moyen-Orient », a-t-il ajouté.

Les médias néo-zélandais ne couvraient que très peu la population musulmane d’un pays très diversifié et riche d’une histoire de plus de 100 ans. « Au lieu de se focaliser sur la population musulmane locale, les médias se concentrent sur la violence et considèrent la communauté sous l’angle des médias occidentaux », a-t-il déclaré.

Les fusillades en masse en Nouvelle-Zélande sont extrêmement rares. Le plus meurtrier de l’histoire moderne s’est produit dans la petite ville d’Aramoana en 1990, lorsque le tireur David Gray a tué par balle 13 personnes à la suite d’un différend avec un voisin.

Au moins 49 personnes ont été tuées et 20 autres blessées lors d'une fusillade dans 2 mosquées en Nouvelle-Zélande. Un homme a tiré sans distinction sur les fidèles, pendant qu'ils priaient. Cliquez pour tweeter
mar. 15 Rabi' 1
الثلاثاء 15 ربيع الأول



Articles récents
Contact | Mentions légales | A propos | Ressources | Blog | Glossaire | Annuaire des mosquées
Devenir musulman - Islam et terrorisme - Se convertir à l'islam - Prénom musulman - Roqya
English : al hamdulillah | Arabic : الحمد الله
al-hamdoulillah.com © 2019